Fleurs de ville

Elles marchent pavés après pavés

Descendent les avenues

Le long des buildings trop hauts

Filtres d’un soleil qui ne l’est pas assez

Elles sont la lumière des rues encore endormies

Elles avancent

Leurs yeux commandent au ciel la pluie

C’est une demande muette

Une à une des sous-sols elles s’échappent

Libres, au regard défi

Marche silencieuse

Devant elles les lampadaires s’écartent

La terre en recul

Ces femmes qui avancent

Au bout de leurs doigts, longue tige fine

Au bout de laquelle, une fleur

Fleur de couleur

Agression à la face de ce monde

Qui un a un arrache leurs pétales

« A la folie »  maladive

Les tabloïds disent « pas du tout »

Alors elles saignent les vaisseaux de la ville

Fleurs de couleur

Pour rappeler que le rouge elle la leurs

Et que trop s’y baignent

Leave a Reply