Je te choisis toi

Je te choisis toi. Tes complications. Tes renversements de situation. Je regarde passer sur toi le sel de tes yeux, tes éclats, ta grandeur d’âme, tes avalanches. Funambule somnambule, tu te réveilles avant de tomber, même si tu pleurs avant de t’endormir. Parfois tu sors d’un rêve comme certains finissent un marathon: courbaturée, engourdie, à bout de souffle. Tu essayes …

Vue du ciel

Vue du ciel. La tienne. La sienne. Le même ciel. La tienne en couleur, en rêve de lumière aquarelle, nature obscure qui se dessine dans le cadre. La sienne en réverbères, toits soutenus par des fenêtres abymes suivies de cadres illuminés. Un soir où la lune se découvre entière, sans peur d’être vue, sans pudeur aucune. Nulle part où te …

Voix là

Sa voix. Tu essayes de la coller à l’image mais tu n’y arrives pas. Elle a déjà pris son envol et toi avec. Tout à coup, des images il y a en partout. Des mémoires éparpillées, passées ou à venir. Tu t’es fait embarqué, sans prévenir, sans dire au revoir. Comment as tu osé ? Derrière toi, c’est le délestage de …

Se reconnaître

Elle te déteste pour chaque absence, pour chaque choix qui n’est pas elle. Elle te crierait dessus, elle qui ne voulait rien et qui maintenant attend tout. Près de toi, elle est l’égoïste, l’égocentrique, et toi complice de tous ses états d’âme. Elle te voulait toi, armée de ton amour universel, incompréhensible. Pas de ton grand miroir, pas ça non. …

Que des mots

Des lettres aux mots, écrits ou prononcés ; un son, une résonance. Cette vibration qui se pense, se respire, s’écrie. Même en silence, ils ont pris tout l’espace. Ces lettres devenus des mots, pendantes et suspendus. En vol immobilisés, leur destinée trop tôt arrivée, leur destination jamais atteinte. Ils n’ont pris de la forme que l’idée souveraine. Et l’idée, fût-elle reine …

Lâche prise

Il ne manque rien. A son dessin rageusement exécuté, les attributs de la douleur sont là. Toute la violence dans un trait de crayon, l’histoire qui se répète, l’incontrôlable nature humaine qui se démène. Une extraction du vivant, qui se fait à vif, les anesthésiques sont pour les lâches. Sentir tout ce qu’il y a à ressentir, au lieu de …

A la portée du ciel

Nous avançons vers la limite du monde terrestre. De tout notre poids nous laissons des traces dans le sable humide. L’eau vient nous manger les chevilles et l’air tout le reste. Le regard au loin, légèrement levé, nous brûlons nos rétines à l’étincelant qui doucement descend vers nous suspendus. Unis dans la révérence et l’acceptation, au bord du monde nous …

En-vol

Cet instant où elle se perd. Sa respiration est haute, ses paroles sont rapides et le sens absent. A cet instant tu la rattrapes au vol. C’est difficile à décrire. Un mécanisme inversé. Un instinct lointain peut être qui dicte ce qu’il y a à faire. Prononcer son prénom puis des mots calmes mais puissants. Mains sur ses épaules, regard …

Ta chance

Le matin où tu as oublié son prénom. La voix était là, l’intonation, le visage, les dernières conversations jusqu’aux premières. Tout en mémoire, sauf son nom. L’enseigne du magasin jusqu’à son odeur. La teneur de son ventre quand il t’enserre pour te dire bonjour. Sa voix quand il dit « ca va ? » en appuyant sur le « va ». Le nom de son …

Rendre tout ce qu’on aurait aimé recevoir

Rend moi mon regard; regarde moi. Reconnais moi. Je n’ai que maintenant. Chaque maintenant. On se voit. Oui, on se voit.