Pas pour tous

L’autobiographie écrite par l’auteur elle-même. Elle a vendu 10 millions de copies. D’un point de vue statistique, cela lui donne le bénéfice du doute. Pourtant cette lecture, c’est une lutte, longue et lente ; un style qui étouffe et un égoïsme qui prend toute la place. Tout s’articule et se définit par rapport à elle : même les lieux, et surtout les autres. Une pensée alors pour ceux qui refusent de la lire – et le verbe est choisi – car il s’agit d’une commande. En d’autres termes, elle a été payée en avance pour écrire sur elle-même. Si c’est une chance que peu ont, ce n’est pas un passe droit pour des descriptions sans fin dédiées à un état émotionnel instable. Pourtant la presse fait son éloge et le public s’emballe. Armée d’une campagne marketing solide, d’une personnalité chaleureuse et souvent drôle, elle semble faire l’unanimité. Presque. Car une minorité reste le sourcil levé. Cherchant en vain le chef d’œuvre qui a inspiré des milliers mais s’y perdant devant un niveau littéraire navrant et une approche nombriliste. Il y a forcément du talent dans ses pages, simplement pas pour tous.

Leave a Reply