Beauté du geste

La poésie dans les yeux. Filtre de vérité qui embellit et sublime l’instant perçu. Elle rend les gestes précieux, précis, appréciés. Elle s’empare du café de la gare, coincé dans le mur à côté de l’entrée. Deux mètres carrés à l’intérieur desquels ils se partagent l’espace. L’un d’eux disparaît derrière le comptoir à la recherche de lait sans lactose. Il …

Cerné

Agenouillée dos à la devanture d’un magasin fermé à l’heure où seuls les cafés de la galerie sont ouverts, elle se tient la tête dans les mains, son sac à main git par terre à côté d’elle. Accroupi face à elle, il est évident qu’elle ne va pas bien. Elle balbutie quelques mots : okay – merci – malaise – mari …

Vu de l’esprit

Ton sosie. Deux fois en deux jours. Deux personnes différentes. Deux cafés différents. Un aperçu de ce à quoi tu pourrais ressembler huit ans plus tard. Floutés par la fumée de tes gitanes, les souvenirs n’existent plus. Si seulement toi aussi. Mais tu aimes rappeler n’est-ce-pas ? Insidieusement, fidèle au moins à toi-même. Sans exception, tu rentres des les rangs au …

Pas pour tous

L’autobiographie écrite par l’auteur elle-même. Elle a vendu 10 millions de copies. D’un point de vue statistique, cela lui donne le bénéfice du doute. Pourtant cette lecture, c’est une lutte, longue et lente ; un style qui étouffe et un égoïsme qui prend toute la place. Tout s’articule et se définit par rapport à elle : même les lieux, et …

Je te choisis toi

Je te choisis toi. Tes complications. Tes renversements de situation. Je regarde passer sur toi le sel de tes yeux, tes éclats, ta grandeur d’âme, tes avalanches. Funambule somnambule, tu te réveilles avant de tomber, même si tu pleurs avant de t’endormir. Parfois tu sors d’un rêve comme certains finissent un marathon: courbaturée, engourdie, à bout de souffle. Tu essayes …

Vue du ciel

Vue du ciel. La tienne. La sienne. Le même ciel. La tienne en couleur, en rêve de lumière aquarelle, nature obscure qui se dessine dans le cadre. La sienne en réverbères, toits soutenus par des fenêtres abymes suivies de cadres illuminés. Un soir où la lune se découvre entière, sans peur d’être vue, sans pudeur aucune. Nulle part où te …

Voix là

Sa voix. Tu essayes de la coller à l’image mais tu n’y arrives pas. Elle a déjà pris son envol et toi avec. Tout à coup, des images il y a en partout. Des mémoires éparpillées, passées ou à venir. Tu t’es fait embarqué, sans prévenir, sans dire au revoir. Comment as tu osé ? Derrière toi, c’est le délestage de …

Se reconnaître

Elle te déteste pour chaque absence, pour chaque choix qui n’est pas elle. Elle te crierait dessus, elle qui ne voulait rien et qui maintenant attend tout. Près de toi, elle est l’égoïste, l’égocentrique, et toi complice de tous ses états d’âme. Elle te voulait toi, armée de ton amour universel, incompréhensible. Pas de ton grand miroir, pas ça non. …

Que des mots

Des lettres aux mots, écrits ou prononcés ; un son, une résonance. Cette vibration qui se pense, se respire, s’écrie. Même en silence, ils ont pris tout l’espace. Ces lettres devenus des mots, pendantes et suspendus. En vol immobilisés, leur destinée trop tôt arrivée, leur destination jamais atteinte. Ils n’ont pris de la forme que l’idée souveraine. Et l’idée, fût-elle reine …

Lâche prise

Il ne manque rien. A son dessin rageusement exécuté, les attributs de la douleur sont là. Toute la violence dans un trait de crayon, l’histoire qui se répète, l’incontrôlable nature humaine qui se démène. Une extraction du vivant, qui se fait à vif, les anesthésiques sont pour les lâches. Sentir tout ce qu’il y a à ressentir, au lieu de …